Senior Activ' illustration axe accompagnement des seniors

L'axe 
Améliorer l'accompagnement des seniors

Le(s) objectif(s) de cet axe est(sont) ...

Améliorer l’accompagnement des seniors est entendu ici de manière globale autour du parcours du senior et de ses aidants : faciliter le bien-vivre, accéder aux informations nécessaires au bien-vieillir, encourager le développement d’un projet personnalisé de retraite, améliorer les pratiques professionnelles. La notion de prévention est mise en avant dans ces objectifs, afin de retarder la perte d’autonomie des aînés retraités.

Le(s) résultat(s) attendu(s)

Cet axe de travail assez dense mêlera des outils plutôt classiques et des expérimentations digitales innovantes. Nous débuterons par l’identification des informations existantes en termes de préparation à la retraite afin de bâtir des modules de formations préparant à cette étape charnière dans la vie des travailleurs frontaliers en Grande Région. Un catalogue listant les offres de formations tout au long de la vie dites “Life long learning qui existent déjà sera créé et diffusé à tous les acteurs de la formation présents en Grande Région.

En termes d’innovations digitales, des expérimentations seront menées sur plusieurs territoires pilotes au sein de la Grande Région. Une plateforme numérique de services y sera déployée pour aider au maintien à domicile des seniors. Il s’agira à la fois de disposer, en un outil, de toutes les informations nécessaires aux personnes âgées, à leurs familles et à leurs aidants, qu’ils soient des proches ou des soignants. Cet outil orientera vers le bon interlocuteur mais permettra également d’accéder à des services en ligne (achats de produits d’alimentation, prise de rendez-vous chez le médecin, chez le coiffeur etc.).

Notre plan d'actions

Ces résultats ambitieux devront pouvoir être atteints grâce à l’aide et la contribution des professionnels chargés de préparer les actifs à leur entrée en retraite. Il faudra au préalable les identifier car ils sont nombreux, allant des acteurs administratifs, aux formateurs, en passant par les médecins. Ils nous aideront à définir les besoins des personnes âgées, notamment grâce à des séminaires d’échanges. La création d’un groupe de travail transfrontalier spécialement consacré à la coordination gérontologique sera un outil supplémentaire pour approfondir et affiner l’identification des besoins de nos aînés.

Retour haut de page